Letter to the stakeholders

June 20, 2016

Dear Shareholders and Stakeholders:

The challenges confronting the mining exploration sector continued through most of the past year and our share price evidences the turmoil.  The downturn, manifest in the trading volumes and value as seen on the TSX Venture Exchange, left few natural resource companies untouched. Even the TSXV Offices held “Workshops” and “Townhall Meetings” across the country in an effort to confront the investor malaise. The reasons are diverse but still left many public companies in unaccustomed territory.  Access to capital and access to land are the prime challenges and many small market capitalization public companies are facing distress conditions.  The term “zombie-companies” was often bandied about by newsletter writers and market aficionado’s, and while the moniker may not have branding-consensus, it serves a purpose in highlighting the multitude of small companies facing difficult conditions.

We have addressed these issues at your Company through continued decreases in expenditures.  This has touched all facets of our business including exploration, legal and financial, including our ongoing general and administrative costs.  We have attempted to confront this by curtailing most self-funded grassroots exploration and becoming more reliant, as a consequence, on joint venture partner-funded activity. 

Unfortunately, the downturn has severely affected the trading range and financial capacity of most of our partners as well, further reducing our exploration activity.  When joint venture partners have consolidated their share capital to maintain their capacity to finance, it underscores the broader market difficulties.
Our employees and consultants, along with our directors and officers, have all borne their share of seemingly relentless budget-cutting exercise.  Our external service providers have also been asked to share in the expense reductions to preserve our financial resources and facilitate our capacity to conduct required activity as a public company and to enable us to continue to provide you, our shareholders, with basic services.  To our employees in particular, I am grateful for your service, and loyalty in the face of both decreasing activity and capacity, and the consequent impact on morale. 

I am optimistic that the current conditions will demonstrate an improvement over time as we have seen in such economic cycles in the past.  Still, it is worth reminding ourselves that past activity, including our own trading range, is no barometer of future success.  Against this backdrop of “doom & gloom”, several events transpired that appear to offer hope for some near-term respite.  It is often repeated by market analysts and other stock market pundits that the prosperity that follows the despair is relative in intensity and duration – let’s hope that is the case.

Two of our public company holdings enjoyed real success in 2015 and again to date in 2016: Abitibi Royalties Inc. on the Malartic CHL Prospect near Val-D’Or, Québec and Sirios Resources Inc. on the Cheechoo Prospect in James Bay, Québec.  Accolades to our financial partners who undertook the commitment, endured the difficulties and were rewarded with exploration success.  Both of these ventures are gold prospects, boding well for Golden Valley should the current gold market continue to show signs of renewed interest.

Both of these ventures underscore another quality, one often forgotten by many focused exclusively on short-term share price.  The Malartic property was staked in 2006, and joint-ventured soon after.  Multiple exploration programs indicated favourable potential. Still, the value was not always evident to the general market.  Similarly, the Cheechoo Prospect is one of the few that was optioned by Golden Valley from the original holder (Sirios).  The original joint venture transaction was entered into in December 2004, following the (then) announcement by Virginia Gold of a significant gold discovery in the same area (Éléonore) now operated by Goldcorp. Sirios deserves much credit for perseverance.  It has taken 12-years for this project to become a focus asset.  Both of these property assets have led to transactions that Management consider beneficial to Golden Valley, including financial components, in exposure to the continued success through our shareholdings in public companies and, where and, in the case of the Cheechoo transaction, through our royalty holdings.  Leveraging our assets into new opportunities has become a more dominant theme. 

In terms of exploration activity, a total of 91 exploration properties are currently held by Golden Valley (and/or its public subsidiaries) and located in the following areas:

  1. the Abitibi Greenstone Belt (“AGB”) (Ontario and Québec), which is our focus, with over 77 projects;
  2. the James Bay, Mistassini and Otish regions, north-central Québec;
  3. the Nunavik (Ungava and Labrador) region, northern Québec;
  4. the Athabasca Basin, Saskatchewan; and
  5. the James Bay Lowlands, northern Ontario (McFauld’s Lake area).

The AGB properties are comprised of gold (47), copper-zinc-silver (25), nickel-copper-PGE (2), molybdenum (1) and cobalt-silver-nickel (2) prospects located in Québec (49) and Ontario (28).
Since the original AGB Grassroots Exploration Program was initiated in 2003, Golden Valley has directly funded, and drilled a total of 195 targets (25,475m) on 51 separate properties.  Our largest, and more significant programs, are the ones that were de-risked through Joint Venture programs (Abitibi Greenstone Belt, and James Bay in Québec). 

Golden Valley was able to complete a significant financing near year-end and to those shareholders who continued to support us, I am very appreciative for their patience.  The dilution was difficult for many of us, in particular those who have financed at higher prices.  It also marked the first time, since incorporation, that someone, other than myself, became the largest shareholder.  I am also delighted to welcome several other significant new shareholders, and investment funds, as their participation has allowed us to take several progressive steps forward.  We will continue the arduous process of survival first, to ensure there may be success to follow.  As one of our directors has been fond to say  “the most important rule in business, is to stay in business”.

The nature of disclosure for small capitalization public companies, requires that risks be disclosed, quantified and even occasionally, highlighted. We highlight the risks and do not shirk from the often daunting challenges; rather, we embrace them for creating the abundance of affordable opportunities on the Canadian and global stages.  It is often forgotten in a world of “no fault” that risks define not only negative outcomes and consequences, but are the genesis of real opportunity.  Early recognition is critical, followed by a prompt response.

I wish to thank our Board of Directors for their service and efforts to enhance shareholder value. This year four incumbents (Avril Cole, Joseph Groia, Jimmy Lee and Glenn Mullan) are joined by a new nominee, Mr. Bill McCartney, for the election to the board of Golden Valley at the AGM. Mr. John Caldbick and Dr. Jens Zinke are not standing for re-election as directors for the upcoming year.  I thank them both for their recent contributions and past participation and wish them both well in future endeavours.  In the case of Dr. Zinke, he will continue to be active in some of our subsidiary companies.  As one of the longest-standing directors, I underline his contributions within our board committees and many other corporate matters spanning more than a decade.  Finally, a robust “merci” to you, our shareholders, for your past and continued support. We will continue to work hard as a group to optimize our assets, leverage into new opportunities and continue our efforts to enhance shareholder value during these challenging times, and to protect our share capital as we continue to assess new challenges, grapple with older ones, and endeavour to add to shareholder value through our focus assets.

(signed) “Glenn J. Mullan”

Glenn J. Mullan
Chief Executive Officer, President, and Chairman

 

 

 

 

Le 20 juin 2016

Chers actionnaires et parties prenantes :

Le secteur de l’exploration minière a été confronté tout au cours de l’année à de multiples défis et le cours de nos actions témoigne de la turbulence des marchés.  Le ralentissement de l’activité économique, qui s’est manifesté par une baisse dans le volume des transactions boursières et un repli de la valeur des actions comme on peut le constater à la Bourse de croissance TSX, a épargné très peu d’entreprises du domaine des ressources naturelles. La Bourse de croissance a même tenu des ateliers et des réunions publiques à travers le pays pour atténuer le malaise ressenti par les investisseurs. Les causes du malaise sont nombreuses et elles ont amené plusieurs entreprises publiques sur un terrain qui leur était peu familier. Les besoins en territoire et en capital représentent les principaux défis et plusieurs entreprises publiques de petite capitalisation boursière sont confrontées à des situations de détresse. Le terme « entreprises zombies » a souvent été galvaudé par les chroniqueurs financiers et bien que l’expression n’évoque pas une image de marque, elle met en lumière la multitude de petites entreprises qui sont confrontées à des conditions difficiles.

Pour surmonter ces difficultés auxquelles fait face votre entreprise, nous avons continué à diminuer les dépenses. Cela a été appliqué à toutes les facettes de nos activités : les activités d’exploration, les activités juridiques et financières, y compris nos frais généraux et administratifs permanents. Nous nous sommes efforcés de restreindre au minimum les activités d’exploration de base qui étaient autofinancées, et d’orienter nos efforts vers des activités financées par des partenaires en joint-venture.

Malheureusement, la crise a aussi gravement affecté la capacité financière et la fourchette de négociation de la plupart de nos partenaires et a réduit davantage nos activités d’exploration. Quand vos partenaires en joint-venture consolident leur capital-actions afin de maintenir leur capacité de financement, cela souligne les difficultés de l’ensemble du marché. 

Les employés et consultants de l’entreprise, ainsi que ses administrateurs et dirigeants, n’ont pu échapper aux restrictions budgétaires et tous ont eu à en subir les effets implacables. Nos fournisseurs de service ont aussi été invités à partager la réduction des dépenses afin de préserver nos ressources financières et de faciliter notre aptitude à mener nos activités d’affaires pour être en mesure d’offrir à nos actionnaires tous les services de base d’une entreprise. Je suis reconnaissant, en particulier, envers nos employés pour leurs efforts et leur loyauté malgré une diminution de nos activités et de nos capacités, avec toutes les conséquences négatives que cela aurait pu avoir sur le moral.

Je suis convaincu que les conditions actuelles déboucheront sur une amélioration à long terme comme cela s’est souvent produit au cours des cycles financiers précédents. Il est tout de même important de se rappeler que nos activités passées et notre pouvoir de négociation ne sont pas des garanties de succès futurs.  Malgré cette toile de fond de mauvais augure, plusieurs faits semblent offrir une lueur d’espoir dans un avenir proche. Les analystes et autres experts du marché financier répètent souvent que la prospérité qui fait suite à une période de désespoir est souvent égale en intensité et en durée – espérons que ce sera le cas.
Deux sociétés ouvertes dans laquelle nous détenons une participation ont connu un réel succès au cours de l’année 2015 et elles continuent à en connaître en 2016 : Abitibi Royalties Inc. avec le projet Malartic CHL près de Val-d’Or, Québec et Ressources Sirios Inc. avec le projet Cheechoo sur le Territoire de la Baie James, dans le Nord du Québec. Toutes nos félicitations à ces deux partenaires financiers qui se sont totalement engagés dans leur projet, qui ont surmonté les difficultés rencontrées et qui ont été récompensés par le succès. Les deux projets miniers sont des projets aurifères, ce qui est de bon augure pour Mines de la Vallée de l’Or si le marché de l’or continue à afficher un regain d’intérêt.

Ces deux projets miniers soulignent également un autre aspect qui est souvent oublié quand on se penche uniquement sur le prix de l’action à court terme.  La propriété Malartic CHL a été jalonnée en 2006, et mise en joint-venture peu après. Plusieurs campagnes d’exploration ont indiqué qu’elle possédait un potentiel favorable. Pourtant, sa valeur n’était pas évidente pour le marché en général. De même, la propriété Cheechoo est l’une des rares propriétés sur laquelle Mines de la Vallée de l’Or a pris une option, accordée par le détenteur d’origine (Sirios).  La première entente de joint-venture a été conclue au mois de décembre 2004, et faisait suite à la découverte par la société Mine d’Or Virginia d’une importante découverte aurifère dans le même secteur (Éléonore), un gisement qui est maintenant exploité par la société Goldcorp. Sirios mérite tout le crédit pour sa persévérance dans le projet.  Il a fallu douze années avant qu’il ne devienne un actif de marque. Ces deux actifs miniers ont conduit à des transactions que la direction considère très bénéfiques pour l’entreprise si on considère les retombées financières qui en ont découlé, le succès confirmé de nos participations dans des sociétés publiques et, dans le cas du projet Cheechoo, de nos avoirs en redevances.  Utiliser le levier financier de nos actifs quand les opportunités se présentent est devenu notre mot d’ordre.

En termes d’activités d’exploration, Mines de la Vallée de l’Or détient actuellement 91 projets d’exploration dans les régions suivantes :

  1. La Ceinture de roches vertes de l’Abitibi  (« CRVA »), en Ontario et au Québec, notre secteur privilégié, avec 77 projets;
  2. Le Territoire de la Baie James, les secteurs Mistassini et Otish, le Centre-nord du Québec;
  3. La région du Nunavik (Ungava et Labrador), dans le nord du Québec;
  4. Le Bassin de l’Athabasca, en Saskatchewan; et
  5. Les Basses Terres de la Baie James, dans le nord de l’Ontario (McFauld’s Lake).

Les propriétés du CRVA comprennent des propriétés aurifères (47), cuivre-zinc-argent (25), nickel-cuivre-EGP (2), molybdénium (1) et cobalt-argent-nickel (2) au Québec (49) et en Ontario (28).
Depuis l’inauguration de notre programme d’exploration au CRVA en 2003, Mines de la Vallée de l’Or a directement financé et foré 195 cibles d’exploration (25 475m) réparties sur 51 projets miniers.  Nos plus importants programmes d’exploration sont ceux dans lesquels le risque financier a été écarté grâce à des ententes de joint-venture (Ceinture de roches vertes de l’Abitibi, et Territoire de la Baie James au Québec). 

Mines de la Vallée de l’Or a pu compléter un important financement en fin d’année et je suis reconnaissant envers nos actionnaires qui ont été patients et ont continué à nous soutenir. La dilution du capital-actions a été difficile pour plusieurs, surtout ceux qui ont eu à payer un prix plus élevé. C’est aussi la première fois depuis notre incorporation que quelqu’un d’autre que moi est le principal actionnaire de la compagnie. Je suis également ravi d’accueillir plusieurs nouveaux actionnaires importants, dont les fonds d’investissement, car leur participation nous a permis de prendre plusieurs mesures positives pour aller de l’avant. Nous allons poursuivre le processus délicat de survie d’abord, et ensuite nous assurer de créer les conditions de succès futurs. Comme aime dire l’un de nos administrateurs, « la principale règle à observer en affaires est de demeurer en affaires ».

La nature des divulgations demandées aux sociétés ouvertes à faible capitalisation exige qu’elles mentionnent et quantifient les risques encourus et,  à l’occasion, que ces risques soient soulignés. Notre société souligne les risques encourus et ne fuit aucun défi aussi intimidant quel qu’il soit; nous acceptons les risques afin de saisir les opportunités qui se présentent sur les scènes canadienne et internationale. Ceux qui préfèrent un monde sans risque croient que le risque n’engendre que des résultats négatifs et des conséquences désastreuses; ils oublient que le risque est souvent à l’origine de véritables opportunités d’affaires. Savoir le reconnaître au départ et agir rapidement est un facteur critique de gestion du risque si on veut connaître du succès.

Je tiens à remercier le conseil d’administration pour leurs services et leurs efforts pour maximiser la valeur pour les actionnaires. Cette année, un nouveau candidat, M. Bill McCartney se joint aux quatre titulaires en poste (Avril Cole, Joseph Groia, Jimmy Lee et Glenn Mullan) en vue de l’élection du conseil d’administration de Mines de la Vallée de l’Or lors de l’assemblée générale des actionnaires. M. John Caldbick et le Dr. Jens Zinke ne se représentent pas aux élections des administrateurs pour la prochaine année. Je les remercie de leur contribution et de leur participation et je leur souhaite du succès dans leurs projets futurs. Dans le cas du Dr. Zinke, il sera actif dans certaines de nos filiales. En tant que l’un des plus anciens administrateurs de l’entreprise, je tiens à souligner son importante contribution à divers comités du conseil d’administration et à plusieurs questions de nature corporative au cours de la dernière décennie. Enfin, un gros merci à vous, nos actionnaires, pour votre soutien passé et présent. Nous allons continuer à travailler tous ensemble afin d’optimiser nos actifs, à profiter de leviers financiers pour saisir de nouvelles opportunités, à maintenir nos efforts en vue de maximiser la valeur actionnariale de notre entreprise en dépit des temps difficiles, et à protéger notre capital-actions; nous continuerons aussi à évaluer les nouveaux défis tout en répondant aux défis présents, et à améliorer la valeur des actions par le biais de nos plus importants actifs.

(Signé) “Glenn J. Mullan”

Glenn J. Mullan
Président et chef de la direction, ainsi que président du conseil d’administration.

Navigation