Letter to the stakeholders

May 15, 2018

Dear Shareholders and Stakeholders:

I am enthusiastic to report on the significant progress we have made since our last report, on a number of fronts related to our strategic planning.  I believe this work attests to the direction and implementation of various initiatives brought forward by Management in response to the Board of Directors suggestions and directives over the past few years.

After years of retraction, in particular as relates to financing for junior mining companies and small-capitalization public companies, many positive indicators appeared over the past year supporting the general sentiment that natural resource juniors may have finally "turned the corner".  The TSXV and TSX both showed robust increases in financings, IPO's, and mergers and acquisitions, which all attest to a broad strengthening of investor confidence.  This is particularly interesting given that most commodity prices were relatively constant, if not subdued over the same period of time (gold, copper, zinc, uranium, platinum, palladium, etc.), with only certain "specialty" commodities showing more robust performance (cobalt, lithium, etc.).  That is all good, certainly, as "the rising tide lifts all boats", but challenges remain.  Access to capital and access to investors are amongst the prime challenges and many small public companies continue to be fragile and face difficult conditions. 

Over the past few years, we have addressed many financial issues at your company through continued decreases in expenditures and a significant off-loading of our primary costs (staffing, exploration properties, exploration funding and costs and the associated dilution on share capital).  The most significant change we made in 2017 was to enter into an option agreement with Val-d'Or Mining Corporation ("MZZ"). Golden Valley holds approximately 25% of the issued share capital of MZZ.  Under the option agreement, we granted MZZ an option to acquire a 100% interest in 61 of our grassroots properties in return for incurring a total of $4,000,000 of expenditures for exploration and other mining operations on the properties, and the issuance of 16,666,668 common shares to Golden Valley at a deemed price of $0.12 per share for an (aggregate deemed) value of $2,000,000.  In addition, MZZ has granted Golden Valley a royalty equal to 1.25% of the net smelter returns ("NSR") from the properties.  This transaction enables Golden Valley to shift its exploration focus (and therefore the expenditures) to MZZ.  In addition, the consultants and employees of Golden Valley now consult to or, are now employed by MZZ, thereby significantly reducing Golden Valley's cash burn rate.  Golden Valley now acts as the holder of the NSR royalties and as a significant shareholder, a status and position that has worked well for us with our shareholding in Abitibi Royalties over the past many years.  Golden Valley has retained interests in over 15 of its mining properties (in whole or in part, pursuant to its interests in the various joint venture and royalty agreements it has entered into with third parties) on which exploration continues, largely funded by arms-length joint venture partners.

Management's financial objective was to reduce expenses (not just exploration expenses, but also general and administrative, legal and audit/financial costs) and to improve efficiencies in order to provide our shareholders with targeted services.  I think we have accomplished much of this already, but more improvement is anticipated as our related entities – Val-d'Or Mining Corporation primarily – become more autonomous and gain critical mass.  It is expensive to be a public company, the capital is very expensive and hard to obtain, and we expect those who work with us as contractors and service providers to also adhere to best practices and exceed performance expectations.  "Good enough" rarely is, and we do hold our service providers to the same standards as our board and management, in an effort to keep all accountable in today's competitive environment. 

I am optimistic that the improved conditions of the past few months will continue for some time but it is useful to remind ourselves that past activity, including our own trading range, is no barometer of future success, no matter how focused and unique we may consider ourselves versus our peer groups.  Stock market analysts and others in the investment and financial journalism businesses occasionally remark that the prosperity which follows the market despair (or the intensity of the boom, which follows the bust), is relative in intensity and duration.  We can all therefore hope that these improved conditions represent more of a marathon than a sprint and will hopefully, therefore, persist for some time.

If it is true that only survivors can win, then we have survived well indeed. Several events transpired within our corporate environment that appear quite promising, more so, in an improved financial climate for junior mining companies.  Four of our public company holdings enjoyed real success in 2017 and that has been even more pronounced in 2018 thus far:  Abitibi Royalties Inc. on the Malartic CHL Prospect near our "home ice" in Val-D'Or, Québec, Sirios Resources Inc. on the Cheechoo Prospect further north in James Bay, Québec and closer to our nucleus in Val-D'Or again, Alexandria Minerals Corporation on the Centremaque Prospect and Bonterra Resources Inc. on the Lac Barry Prospect.  The recognition is well-deserved for our financial partners/subsidiaries who undertook the work and did the heavy-lifting with financial commitments, and have persevered where others encountered difficulties and then were rewarded with exploration success and consequent public stock market recognition.  All four of these projects are gold projects, which positions our company well in a competitive landscape for precious metals.  We progressed well during the year also on a joint venture dedicated to battery minerals, on one of our cobalt prospects, located in northeastern Ontario. 

These holdings also serve to demonstrate the unique direction of our strategic plan, and attest to our commitment over time.  Abitibi Royalties Inc. (RZZ), having been a spin-out from Golden Valley in 2011, has been an exercise in patience and the well-deserved rewards from maintaining focus.  Shareholders are generally aware it has been amongst the best performers on the TSXV over the past few years, exceeding most performance metrics, and certainly as compared to the TSXV Index, GDX gold miners index and in particular to peer group comparisons amongst royalty and junior/small-capitalization companies.  It is more extraordinary given the overall lackluster price of gold, our principal commodity of interest.  For those with good memories, it was not always like this with Abitibi Royalties having traded below $0.50 only a few short years ago.  The overall and compounded gains speak for themselves, and attest to our steadfast commitment to share price, and shareowners.  We act like owners because we are.  Your company continues to own just over 49% of Abitibi Royalties Inc., clearly making this our "anchor asset".  Abitibi Royalties has continued to report on the ongoing exploration and development at the Malartic CHL Prospect, the property that was spun-out of Golden Valley to enable Abitibi Royalties Inc. to be listed.  Promising exploration results from the Odyssey Zones (North and South) are complemented by additional work at several other "near pit" target areas (Norrie, Gouldie, Charlie, etc.), as well as continued development of near-term production areas including the Jeffrey and Barnat East, Barnat South Wall and Sheehan Zones.  New developments during the past several months appear to demonstrate that potential may be derived from the East Malartic target area, site of significant past production in the Malartic area (in fact, the area known for the highest average grade of the Malartic past production).  Although located at depth, and with the usual and somewhat predictable risks associated with past production areas, East Malartic is considered by Management to represent a potential new "cornerstone" asset.  We have very high expectations for this area looking forward.

Sirios Resources Inc. (SOI) enjoyed its own exploration success in 2017 and enjoyed some market recognition for its work at the Cheechoo Prospect in which Golden Valley continues to hold a significant NSR (ranging from 2.5-4% for Au, varying with Au prices), and an important equity stake in Sirios (over 4,000,000 shares).  An additional attraction to Golden Valley is the exploration leverage this offers the company through our equity and NSR holdings, while Sirios continue to fund 100% of all exploration on the project. 

Bonterra Resources Inc. reported significant drill results from the first phase drill program on the Golden Valley joint venture property at the Lac Barry Prospect, and have named their new discovery area the "Temica Gold Zone". Work continued throughout the year, and Bonterra has indicated further drilling will be completed during 2018.

Alexandria Minerals Corporation completed a first-phase drill program consisting of 7 drill holes at the Golden Valley joint venture property at the Centremaque Prospect.  Initial results reported from the first two drill holes were quite promising, in particular given the location and geological context of the property immediately west of the Orenada Zone 4 deposit.

Each of these properties has been subject to a joint venture transaction that management considers beneficial to Golden Valley, including financial components, in exposure to the continued success through our shareholdings in these four public companies and, in the case of the now vested Cheechoo transaction, through our royalty holdings.  Leveraging our property assets into new corporate and transactional opportunities has become a more dominant theme, while always attempting to minimize dilution to the share capital of Golden ValleyGolden Valley has transitioned from a conventional public company explorer, raising money and exploring directly, into a more diversified entity, using joint ventures funded by partners, and our own listed entities, initially formed as subsidiaries, to continue our exploration efforts in a very non-traditional and unique manner.  This affords Golden Valley shareholders the benefits of exploration through our shareholdings in the other entities, complemented by royalties and free-carried interests as the property agreements and transactions mature.

The nature of disclosure for small capitalization public companies requires that risks be disclosed, quantified and even occasionally, highlighted. We highlight the risks and do not hide under the table from the multiple challenges; rather, we embrace them for creating the abundance of affordable opportunities on the Canadian and international stages.  It is often forgotten in a world of "no fault" that risks define not only negative outcomes and consequences, but are the genesis of real opportunity.  Early recognition of opportunity is critical, followed by a prompt response to crystallize and maximize exposure to the benefit of Golden Valley shareholders.  To that end, management continues to review and assess many opportunities both in Canada and overseas for both precious and base metals and other commodities.

I wish to thank our Board of Directors for their service and efforts to enhance shareholder value. This year all four incumbent directors (Joseph Groia, Jimmy Lee, Bill McCartney and Glenn Mullan) will stand for the re-election to the board of Golden Valley at the AGM. 

Finally, a robust "merci" to you, our shareowners, for your past and continued support.  We will continue to work hard as a group to optimize our current assets, leverage our new opportunities and continue our efforts to seek out innovative joint ventures wherever possible.  At the same time we remain determined to protect our share capital as we continue to add to shareholder value through the hard work of everyone at GZZ.

(signed) “Glenn J. Mullan”

Glenn J. Mullan
Chief Executive Officer, President, and Chairman

 

 

 

 

Le 15 mai 2018

Chers actionnaires,

Je suis ravi à l'idée de vous présenter les importants progrès réalisés sur plusieurs fronts depuis la présentation de notre dernier rapport.  Le travail accompli témoigne de cette nouvelle orientation stratégique et de diverses initiatives mises en œuvre en réponse aux suggestions et directives du conseil d'administration au cours des dernières années.

Après des années de recul, plus particulièrement en ce qui a trait au financement des petites compagnies minières et des compagnies publiques à faible capitalisation, plusieurs indicateurs positifs sont apparus au cours de l'année soutenant le sentiment général qu'enfin les compagnies juniors ont remonté la pente. Les bourses TSXV et TSX ont toutes deux enregistré de fortes augmentations au niveau des financements, des appels publics à l'épargne, des fusions et des acquisitions, qui sont tous des signes de confiance de la part des investisseurs. Ceci s'avère particulièrement intéressant étant donné que le cours des produits de base était demeuré relativement constant (or, cuivre, zinc, uranium, platine, palladium, etc.) à part quelques exceptions pour des produits « spécialisés » ayant affiché des performances plus robustes (cobalt, lithium, etc.). Tout ceci est bien car « la marée montante soulève tous les bateaux » mais il reste tout de même de nombreux défis. L'accès au capital et la recherche d'investisseurs sont parmi les principaux défis, et plusieurs petites entreprises demeurent fragiles et sont confrontées à des conditions difficiles.

Au cours des dernières années, nous avons réglé plusieurs problèmes financiers en maintenant la réduction des dépenses et en nous défaisant d'une partie considérable des coûts primaires (dotation de personnel, propriétés d'exploration, financement de travaux d'exploration, dilution connexe du capital-actions). Le changement le plus important apporté au cours de l'année 2017 a été de conclure une entente d'option avec Val-d'Or Mining Corporation (MZZ). Golden Valley Mines détient environ 25% du capital-actions émis par MZZ. En vertu de la convention d'option, nous avons accordé à MZZ une option lui permettant d'acquérir une participation de 100% sur 61 propriétés en échange de dépenses d'exploration et autres activités sur ces propriétés pour un montant totalisant 4 millions de dollars, ainsi que l'émission de 16 666 668 actions ordinaires à Golden Valley au prix présumé de 0,12$ l'action pour une valeur globale de 2 millions de dollars. MZZ a aussi octroyé à Golden Valley des redevances NSR de 1,25% sur les propriétés. Cette transaction permet à Golden Valley de déplacer son objectif d'exploration (donc de ses dépenses) vers MZZ. De plus, les employés et consultants de Golden Valley sont maintenant à l'emploi de MZZ ce qui réduit considérablement le taux d'épuisement des liquidités de la compagnie. Golden Valley agit maintenant comme détenteur de redevances et, en étant un important actionnaire, un statut et une place qui lui a bien servi avec sa participation dans Abitibi Royalties au cours des dernières années. Golden Valley détient une participation dans plus de 15 propriétés minières (en totalité ou en partie, en vertu de ses intérêts dans diverses ententes de co-entreprise et de redevances qu'elle a conclues avec d'autres compagnies) sur lesquelles des travaux d'exploration sont toujours en cours et sont largement financés par des partenaires sans lien de dépendance.

L'objectif financier de la direction était de réduire les dépenses (non seulement les dépenses d'exploration mais aussi les frais généraux, administratifs, juridiques et financiers) et d'améliorer nos gains de rendement afin de fournir à nos actionnaires des services ciblés. Je crois que nous avons réussi à rencontrer plusieurs de ces objectifs mais nous prévoyons d'autres améliorations à mesure que nos entités connexes – Val-d'Or Mining Corporation principalement – deviendront plus autonomes et atteindront une masse critique. Il est dispendieux d'être une entreprise publique, le capital est difficile à obtenir et coûte très cher. Nous attendons aussi de nos contracteurs et fournisseurs de service qu'ils fassent preuve de pratiques exemplaires et qu'ils dépassent même nos attentes. La réalité est que « assez bon » est rarement adéquat, et nous attendons de nos fournisseurs qu'ils respectent les mêmes normes d'excellence que celles endossées par notre conseil d'administration et nos cadres dirigeants et que tous se sentent imputables dans l'environnement hautement compétitif d'aujourd'hui.

Je suis optimiste et crois que l'amélioration des conditions qui s'est manifestée au cours des derniers mois se poursuivra pendant un certain temps mais il est utile de se rappeler que les activités passées, y compris les activités boursières, ne peuvent constituer un baromètre de succès futurs, même lorsque nous croyons avoir mieux fait que nos pairs. Les analystes boursiers et financiers soulignent à l'occasion que la prospérité qui suit un marché creux, ou que l'intensité du boom qui suit un effondrement, a une intensité et une durée équivalente. Il nous faut donc tous espérer que ces meilleures conditions correspondent plus à un marathon qu'à un sprint et sauront durer.

S'il est vrai que seuls les vrais survivants savent gagner, alors nous avons en effet bien survécu. Plusieurs événements prometteurs se sont manifestés dans notre environnement corporatif, d'autant plus que le climat financier s'améliore pour les sociétés minières juniors. Quatre des sociétés ouvertes dans lesquelles nous détenons une participation ont connu de réels succès en 2017 et de manière encore plus prononcée en 2018 : Abitibi Royalties avec le projet Malartic CHL tout près de nos bureaux à Val-d'Or (Québec); Ressources Sirios avec le projet Cheechoo, plus au nord sur le territoire de la Baie James; Corporation minière Alexandria avec le projet Centremaque encore une fois tout près de nos bureaux à Val-d'Or; et Ressources Bonterra avec le projet Lac Barry. Cette reconnaissance envers nos partenaires et filiales est bien méritée; ils ont accompli un travail colossal et accepté un gros engagement financier, ils ont su persévérer là où les autres trébuchaient sous les embûches et obtenir d'excellents résultats d'exploration qui se sont reflétés sur le marché boursier. Les quatre projets sont des projets aurifères qui permettent à notre société d'être bien positionnée dans un contexte extrêmement concurrentiel pour les métaux précieux. Nous avons aussi connu de bons progrès au cours de l'année sur un joint-venture avec Battery Minerals sur une de nos propriétés (cobalt) dans le nord-est de l'Ontario.

Les titres détenus illustrent de façon éloquente le caractère unique de notre plan stratégique et témoigne de notre engagement au fil du temps. Abitibi Royalties (RZZ), une société dérivée de Golden Valley en 2011, s'est révélée un exercice de patience et une forme de gratification d'avoir pu maintenir le focus. En général, les actionnaires sont conscients que la société a été une des plus performantes sur la bourse TSXV ces dernières années en dépassant la plupart des indicateurs de performance; certainement par rapport à l'index TSXV, à l'index des aurifères et plus particulièrement par rapport aux autres sociétés à petite capitalisation.

Ceci d'autant plus extraordinaire quand on tient compte du prix globalement faible de l'or, notre principale matière première. Pour ceux qui se rappellent, cela n'a pas toujours été le cas avec Abitibi Royalties qui a déjà transigé à moins de 0,50$ il y a quelques années seulement. Les gains globaux et composés parlent d'eux-mêmes et témoignent de notre engagement indéfectible envers les actionnaires et le cours de l'action. Nous agissons comme des propriétaires parce que nous sommes effectivement des propriétaires. Votre société détient toujours un peu plus de 49% d'Abitibi Royalties, ce qui en fait notre « pièce de résistance ». Abitibi Royalties continue de nous informer sur les travaux en cours sur la propriété Malartic CHL, un projet minier mis sur pied par Golden Valley pour permettre l'inscription d'Abitibi Royalties à la bourse. Les résultats d'exploration très prometteurs dans les zones « Odyssey » (nord et sud) sont accompagnés par des travaux supplémentaires dans plusieurs autres secteurs ciblés (Norrie, Gouldie, Charlie, etc.) et le développement continu des zones près d'être mises en production (Jeffrey et Barnat East, ainsi que les zones Barnat South Wall et Sheehan). Les développements des derniers mois semblent indiquer que le plus grand potentiel provient du secteur East Malartic, un ancien site de haute production dans la région de Malartic (en fait, cette zone est reconnue avoir eu la plus haute teneur moyenne dans le passé). Bien qu'elle soit située en profondeur et en dépit des risques connus associés à ces zones historiques, la direction considère le secteur East Malartic comme un nouvel atout potentiel. Nous avons donc des attentes très élevées pour ce secteur.

Ressources Sirios (SOI) ont aussi connu leurs succès d'exploration en 2017  ̶  succès qui se sont reflétés sur le marché boursier  ̶  sur la propriété Cheechoo dans lequel Golden Valley détient des redevances NSR de 2,5% à 4% pour l'or (selon le cours du métal) ainsi que 4 millions d'actions de Sirios. L'effet levier des redevances et des actions détenues procure à Golden Valley un bénéfice additionnel alors que Sirios finance la totalité des travaux sur le projet.

Ressources Bonterra a annoncé que sa première phase de forage a donné des résultats significatifs sur le projet en joint-venture du Lac Barry. Le secteur de découverte a été nommé « la zone aurifère Temica ». Les travaux se sont poursuivis toute l'année et Bonterra a indiqué que d'autres forages seront réalisés en 2018.

La Corporation minière Alexandria a terminé une première campagne de forage de 7 sondages sur le projet en joint-venture Centremaque. Les résultats des deux premiers sondages sont très prometteurs et se révèlent intéressants à cause du contexte géologique et de leur localisation. La propriété est située immédiatement à l'ouest du gîte Orenada Zone 4.

Chacune de ces propriétés a fait l'objet d'un joint-venture que la direction considère très avantageux pour Golden Valley, y compris leurs composantes financières, en raison de son succès continu grâce à notre participation dans ces quatre sociétés ouvertes et, dans le cas dans la transaction Cheechoo maintenant menée à terme, par le biais des redevances. L'utilisation de nos actifs pour en tirer de nouvelles opportunités d'entreprise et de transaction est devenue un thème dominant tout en tentant de minimiser la dilution du capital-actions de Golden ValleyGolden Valley est passée d'une société d'exploration conventionnelle (levée de fonds, travaux d'exploration), à une entité plus diversifiée en créant des joint-ventures financés par les partenaires et par nos sociétés dérivées inscrites à la bourse (initialement constituées en filiales) dans le but de maintenir nos efforts d'exploration, une manière unique et non traditionnelle de faire.  Cela offre aux actionnaires de Golden Valley tous les avantages de l'exploration par le biais de nos participations dans d'autres sociétés, et ceci est complété par des droits de redevance et des intérêts passifs quand les ententes arrivent à échéance.

On exige des sociétés publiques à faible capitalisation de divulguer, quantifier et parfois de mettre en évidence les risques associés à leurs activités. Nous soulignons ces risques et nous ne nous cachons pas sous la table pour affronter les multiples défis qui se posent; au contraire, nous les voyons comme de nouvelles opportunités d'affaires tant sur la scène internationale que nationale. On oublie souvent que dans un monde parfait les risques non seulement mettent en lumière les conséquences négatives mais qu'ils offrent de belles opportunités. La capacité de reconnaître rapidement ces opportunités est critique et la capacité d'agir promptement permet de cristalliser et maximiser les chances de bénéfices accrus pour les actionnaires de Golden Valley. C'est avec cette vision que la direction continue d'examiner et évaluer les occasions d'affaires au Canada et à l'étranger pour les métaux précieux, les métaux de base et autres.

J'aimerais remercier le conseil d'administration pour leurs efforts visant à accroître la valeur pour les actionnaires. Cette année, les quatre directeurs en service (Joseph Groia, Jimmy Lee, Bill McCartney and Glenn Mullan) seront candidats à l'élection du conseil d'administration de Golden Valley lors de la prochaine assemblée générale annuelle. 

Enfin, un gros merci à vous, nos actionnaires, pour le soutien passé et présent. Nous continuerons à travailler dur comme groupe pour optimiser nos actifs actuels, tirer parti des opportunités qui se présentent et continuer à rechercher de nouveaux joint-ventures. En même temps, nous sommes déterminés à protéger notre capital-actions et à continuer d'ajouter de la valeur grâce au travail acharné de l'équipe en place chez GZZ.

(signed) "Glenn J. Mullan"

Glenn J. Mullan
Président directeur-général et président du conseil d'administration.

Navigation